MEMOIRE D’UNE OMBRE

« Mémoire d’une ombre » est une évocation de la fonction première de l’acte photographique dans sa capacité à sublimer le réel et à fixer la trace de la vie sur une surface graphique.

Simples empreintes graphiques figées dans le temps et l’espace, les sujets représentés, bien qu’identifiables, se voient vidés de toute individualité.

Ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes.

Dans un jeu de confrontations complémentaires, ils évoluent sous forme d’aplats de noir et de blanc, dans un univers à la géométrie restreinte.

Et pourtant, par le phénomène de photosensibilité, toutes ces ombres, loin d’être dénuées de substance, sont entrées dans une dimension matérielle, tangible.

Elles ont acquis une présence, une réalité.

Elles deviennent traces.

Elles sont promesse de mémoire, la promesse sublime que nous ne tomberons pas dans l’oubli.